Nucléaire-ment nôtre ?

Il n’est pas question de faire du catastrophisme, mais simplement d’être réaliste, pour simplement pouvoir espérer envisager notre futur dans la sérénité et sans détruire celui des générations futures.

Cartes interactives sur le nucléaire en France

www.chroniques-cartographiques.fr

Voilà le genre de cadeau que « nous » faisons aux générations futures !

Comme beaucoup vous rigolez quand vous voyez ce genre de message ?

Vous dites que nous n’avons pas le choix et qu’il faut du temps pour la transition ?

Que c’est pas votre problème ?

Que direz-vous quand il sera trop tard ?

Alors osons avoir le courage de le dire : STOP AU NUCLÉAIRE !

Gardez toujours votre esprit ouvert, mais faites vos propres recherches, pour pouvoir vous faire une juste opinion.

Fukushima : 8 ans plus tard la situation n’est toujours pas sous contrôle

https://www.sortirdunucleaire.org

Cellule de crise

De Paris à Fukushima : Les secrets d’une catastrophe

Le 11 mars 2011, en l’espace de quelques heures, le Japon fait face à une triple catastrophe : un tremblement de terre, un tsunami et un accident nucléaire. Au large de Sendai, au nord-est de l’île de Honshu, le séisme atteint une magnitude record de 8,9 qui provoque un tsunami. Les opérateurs de la centrale nucléaire de Fukushima perdent le contrôle de quatre réacteurs. Ce numéro retrace le drame humain, écologique et industriel grâce au récit et aux révélations de témoins et d’acteurs de l’événement, mettant en avant l’étonnant manque de préparation des Japonais mais aussi le courage des hommes sur le terrain.


Greenpeace Film Festival

NUCLÉAIRE, l’impasse française de Patrick Benquet

www.greenpeace.fr

Sortir du nucléaire par Greenpeace

Le nucléaire n’assure pas notre indépendance énergétique !

Pour faire tourner la machine nucléaire, la France importe 100% de son uranium. Elle importe par ailleurs 99% du pétrole et du charbon dont elle a besoin, ainsi que 98% du gaz. Nous sommes donc toujours aussi dépendants de l’extérieur pour nos ressources énergétiques. Seul le recours aux énergies renouvelables nous permettrait d’être autonome. Mais le lobby nucléaire se garde bien de le reconnaître. (Greenpeace)


Réseau Sortir du nucléaire

Du tritium dans la Loire

www.sortirdunucleaire.org

Pollution de l’eau potable au tritium

Pas dangereux en soi mais un « lanceur d’alerte »

Par ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande « une valeur guide de 10.000 Bq/L pour le tritium dans l’eau de boisson, à considérer en cas de consommation permanente de l’eau », selon l’IRSN. Mais « la présence régulière dans l’eau du robinet de tritium rejeté par les centrales nucléaires met en évidence un risque de contamination d’autres polluants radioactifs à des niveaux beaucoup plus élevés », argumente l’Acro.

« Le tritium est « un lanceur d’alerte » : en cas d’accident grave sur une des centrales nucléaires sur la Seine, la Vienne, ou la Loire, il n’y aura pas que le tritium rejeté et ce sont des millions de personnes qui risquent d’être privées d’eau potable », poursuit le laboratoire.


ARTE

Sécurité nucléaire : le grand mensonge | ARTE

FRANCE 24

Nucléaire : on fait quoi des déchets ?

Pas besoin d’aller plus loin en ce qui me concerne pour le dire :

STOP AU NUCLÉAIRE !

ET vous ?

www.sortirdunucleaire.org

Réseau sortir du nucléaire

Bien à vous

Patrice

Pour le site : www.energialibera.fr


0 commentaire

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.