Recherches récentes :

Le géophysicien Joe Kirschvink, ce chercheur de l’institut californien de technologie (Caltech) affirme qu’il détiendrait les premières preuves de l’existence d’une magnétoréception chez notre espèce.

Le scientifique n’est pas le premier à s’emparer du sujet. Des travaux menées dans le passé ont déjà tenté de démontrer le phénomène. Cependant, aucun d’entre eux n’avait jusqu’alors présenté des résultats reproductibles.

Le sens magnétique chez les humains, comme les animaux

Que signifie avoir un 6ème sens magnétique en réalité ?

Il s’agit de la capacité de percevoir des champs magnétiques et certains animaux l’utilisent avec le champ magnétique terrestre pour trouver leur chemin sur de longues distances.

Le géophysicien Joe Kirschvink, pense qu’en réalité il pourrait s’agir de notre sens primitif.

L’expérience de Kirschvink a indiqué que les humains avaient également un sens magnétique.

Certains animaux comme les tortues, les abeilles, les homards et les dauphins utilisent une boussole magnétique pour décoder les informations des champs magnétiques. Nous en savons très peu sur la façon dont ces animaux s’en servent, comment ils les sentent et les informations qu’ils obtiennent, mais on pense que ça pourrait être bien plus que pour la navigation.

Mais la question la plus importante à ce jour reste: quel impact ont les champs magnétiques sur les humains ?

Cette question a été étudiée à l’Institut HeartMath, qui est une organisation à but non lucratif sur la recherche et l’éducation. Les recherches à l’Institut HeartMath essaient de déterminer la connexion de l’énergie humains à la Terre et comment utiliser cette interconnexion pour élever nos propres vibrations.

Les recherches émettent certaines hypothèses selon lesquelles le champ magnétique de la Terre relie tous les systèmes vivants sur la planète et ainsi tous les organismes, dont les humains, ont une incidence sur ce champ d’informations mondial. Les hypothèses suggèrent également que les champs magnétiques fonctionnent comme des boucliers autour de la planète ce qui nous protège des rayons cosmiques et du sable et d’autres formes de temps spatial.

Ils représentent une partie essentielle de l’écosystème de la Terre.

Les champs magnétiques peuvent avoir une incidence sur ce que nous ressentons. Par exemple, s’ils sont stables, les gens ont signalé des sentiments positifs et plus de créativité et d’inspiration. En revanche, lorsque les champs magnétiques sont dispersés, cela peut provoquer des problèmes de sommeil, une confusion mentale et un manque d’énergie.

Est-t-il réellement possible que les champs magnétiques terrestres influencent les humains ?

Oui, c’est possible.

La Terre génère des fréquences qui varient de 0,1 hertz à 300 hertz, ce qui correspond exactement aux mêmes fréquences qui se trouvent dans notre cerveau, notre système cardiovasculaire et notre système nerveux autonome. Les changements dans les champs terrestres ont montré des répercussions sur les ondes cérébrales chez les humains, le rythme cardiaque, la mémoire, les performances sportives et l’état de santé général.

Il est donc indubitable que les ondes terrestres nous affectent, mais qu’en est-il de l’autre côté ?

Certains scientifiques pensent que nous ne sommes pas simplement des récepteurs, mais que nous sommes également des expéditeurs d’informations. Nos informations entrent dans le champ global et créent une boucle de rétroaction avec les champs magnétiques terrestres.

Ce sujet reste un mystère pour les scientifiques et doit faire l’objet de recherches plus approfondies. Il est important de savoir à quel point la science non-matérielle influence toute forme de vie sur Terre et la Terre elle-même. Des connaissances plus approfondies sur ce sujet pourraient avoir un impact sur les événements mondiaux et améliorer la qualité de vie.

Une activité cérébrale réactive au champ magnétique

Joe Kirschvink est en ce sens un précurseur puisqu’il affirme que les siens peuvent être non seulement vérifiés mais aussi répétés. L’annonce, révélée au congrès du Royal Institute of Navigation, au Royaume-Uni, a depuis fait l’objet d’une publication détaillée dans Science Magazine.

Son expérience, initiée en 2014, a consisté à placer les sujets dans une grange cage de Faraday, destinée à bloquer les ondes électromagnétiques environnantes agissant comme une sorte de « bruit de fond ». A l’intérieur de cette enceinte, les personnes ont été plongées dans l’obscurité et soumises à un champ magnétique « pur » et uniforme à l’orientation contrôlée.

Durant la séance de test, le chercheur et son équipe ont pu contrôler l’activité cérébrale des participants à l’aide de capteurs apposés au niveau de leur crâne. Grâce à ce procédé, ils ont pu analyser la réaction des neurones en réponse aux changements d’orientation du champ artificiellement provoqué.

Les résultats montrent ainsi une activité cérébrale active réagissant aux ondes magnétiques. Plus précisément, les chercheurs auraient observé une diminution des ondes alpha, un phénomène traduisant une réaction cérébrale et qui se serait produit quelques centaines de millisecondes après le changement d’orientation, seul facteur variable durant l’expérience.

Des résultats reproductibles

Pour Joe Kirschvink, il s’agit d’un début particulièrement encourageant. Ses résultats seraient la preuve que l’humain est doté de récepteurs sensibles au champ magnétique comme certains animaux. La magnétoréception serait alors un « sens primaire » qui remonterait à loin dans notre histoire évolutive. 

Pour le moment, seules 24 personnes ont été testées mais Kirschvink affirme que cette proportion pourrait être amplifiée tout en maintenant les résultats obtenus. Le chercheur a d’ailleurs reçu des subventions et l’assistance de plusieurs laboratoires pour poursuivre ses travaux. La prochaine étape consistera à présenter ces résultats à une revue à comité de lecture, de manière à obtenir l’approbation des pairs.

Si ces conclusions sont confirmées, elles deviendront les premières de l’histoire à avoir illustré la présence de récepteurs de magnétisme chez les humains. Il faudra cependant surement encore quelques années avant que l’on puisse expliquer avec certitude ce phénomène. Emmanuel Perrin

Voir aussi :

Bien à vous

Patrice

Pour le site : www.energialibera.fr

Sources/inspiration :

www.maxisciences.com

www.espritsciencemetaphysiques.com


0 commentaire

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.