Le koan

Énergétiquement vôtre

Qu’est ce qu’un koan ?

C’est une sorte d’énigme irrationnelle, installée dans son esprit, que l’on laisse mûrir.

Puis chemin faisant, la solution se fait jour.

En aparté du sujet, vous trouverez dans mes écrits grand nombre de fautes d’orthographes. Hé oui ! J’aime à dire que celles-ci, comme au sens général, qu’elles sont autant de jalons sur mon chemin, pour garder mon équilibre et me recentrer. Jésus à dit : “Je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée.” Faut bien avouer que j’aime bien apprendre manier cette épée. Je n’ai aucun style littéraire, à part celui d’être le plus direct et le plus bref possible, espérant être bien clair. Vous trouverez un humour décalé, j’aime autant jouer avec les mots que les maux, pour les tourner en dérision, pour dédramatiser, et surtout pour ne pas me prendre au sérieux. Mes sujets se veulent simples et parfois banals, mais il faut dire que nous sommes devenus si compliqués. C’est avant tout un bon rappel pour moi-m’aime 🙂

Pour en revenir au koan

Un jour il m’a été donné un koan, de la part d’un ami, ou de mon meilleur ennemi, comme nous plaisantions à le dire, car nous avons souvent été en désaccords. Faut dire qu’il aimait bien faire bouger les lignes, un peu trop à mon goût, parfois jusqu’au dégoût.

Nous avons cheminé ensemble, notamment au travers de ce koan, et maintenant j’aime à penser que nous prenons plaisir à nous revoir quand l’occasion se présente.

Bien heureux sois-tu pour m’avoir confié cette graine, sous la forme de ce koan qui dit que celui qui excelle au tir, il n’atteint pas toujours le centre de la cible, pour ce que je m’en souviens.

Pour ma part cela a été le fruit d’une très longue maturation, à la limite de la macération, dans un processus de fermentation, de la part des anges. Soyez rassuré, je ne vais pas vous saouler 😉

À un moment la réponse à été aussi évidente que spontanée, tel un éclair de lucidité.

Quand on se fixe un but, immortalisé par le centre de la cible, ce n’est pas tant d’atteindre son objectif qui est le plus important.

Parfois nous avons mis la barre un peu trop hautes, au point qu’elle soit devenue inaccessible.

Mais tel le chemin, le principal n’est pas le but en lui même, mais le cœur que nous avons mis à l’œuvre.

Le principal c’est le chemin. Si un jour il vous vient le doute, que vous cherchez votre voie. Dites-vous que la voie c’est vous. Restez vous même, et ouvrez votre cœur.

Bien à vous

Patrice

Pour le site : www.energialibera.fr